Les Secrets des sorciers noirs

Les Secrets des sorciers noirs

1934, Dim Dolobsom, premier écrivain du Burkina Faso, publie Les Secrets des sorciers noirs, ouvrage dans lequel il approche les devins mossi et leurs arts divinatoire et magique. Un texte au contenu éclairant, mais qui recèle encore en lui une problématique qui n’a rien d’anodine: relève-t-il en effet de la littérature ou de l’ethnographie? Et si, au-delà, l’oeuvre de Dim Dolobsom était un terrain propice pour repenser la frontière en lettres et sciences humaines? Et si ces champs étaient moins imperméables l’un à l’autre qu’il n’y paraît, nous invitant ainsi à revenir sur les caractéristiques qui leur sont traditionnellement attribuées, comme ces distinctions entre fiction et réalité, esthétisme et scientificité, objectivité et subjectivité? Belle mise en lumière de l’oeuvre de Dim Dolobsom que cet essai qui analyse «Les Secrets de sorciers noirs«. D’autant plus qu’elle débouche sur une réflexion théorique qui touche au coeur même de nos définitions de la littérature et des sciences humaines et sociales. Où l’on voit ainsi, au fil d’une progression méthodique et limpide, les lignes de démarcation entre elles fortement se déplacer, incitant peut-être d’ores et déjà à une profonde réévaluation de leurs traits distinctifs et à une approche interdisciplinaire de ces discours.

TELECHARGER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *