Vers une gouvernance de l’information géographique

Vers une gouvernance de l’information géographique

Cet article, dont le titre peut paraître provocateur, vise à expliquer pourquoi, aujourd’hui, on ne trouve que peu de catalogues
de données et de métadonnées géographiques, alors que le bon sens voudrait qu’ils soient légion. Normes contraignantes ?
Besoins internes non identifiés ? Ressources insuffisantes ? Manque de temps ? Outils mal adaptés ? Etc. Ce sont autant de questions
que nous allons traiter par la suite, en y apportant quelques réponses. Partons d’un exemple concret :
celui d’une communauté d’agglomération de cent mille habitants, avec un service SIG (ou une cellule SIG)
de deux personnes (un Responsable/Administrateur SIG et un Géomaticien), cinq référents internes, trois cent cinquante jeux
de données SIG, quatre formats de données différents (shp, postgis, dwg, ecw). Et pour que cet exemple soit
parlant, mettons-nous un instant à la place de l’administrateur SIG.

 

  TELECHARGER

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *